Le chemin de fer dans le Nord
Le 06/10/2017 à 09h58 par Corinne Helin
Résumé

Dans le cadre des 20es Rendez-vous de l’Histoire portant sur le thème de l’Innovation, NordNum vous présente des ressources numériques concernant les projets de création de lignes de chemin de fer dans le Nord et plus particulièrement la ligne reliant Paris à l’Angleterre.

 

À partir de quelques ressources de la bibliothèque numérique NordNum, nous vous présentons ces différents projets du XIXe siècle.

 

 

1. La ligne de chemin de fer de Boulogne à Amiens et de Boulogne à Guînes

 

L’une des préoccupations du XIXe siècle dans la région du Nord de la France concerne la construction d’une ligne de chemin de fer reliant Paris à Londres. Pour se faire, la chambre de commerce de Boulogne-sur-Mer a commandité deux ingénieurs spécialistes des chemins de fer, J. Gibbs, ingénieur anglais et Émile Wissocq, ingénieur français, afin d’étudier la possibilité d’un chemin de fer unissant Boulogne à Amiens et Boulogne à Guînes[1]. La première ligne permettrait ainsi de relier Paris à Boulogne en passant par Amiens, centre commercial et industriel de la région et de relier dans un second projet Boulogne-sur-Mer à Calais en passant par Guînes d’où partent des canaux qui parcourent le département du Nord et la Belgique[2].  Ce second tronçon permettrait de faciliter l’exploitation et le transport des matières minérales, combustibles et autres du Bas-Boulonnais[3] d’un côté vers le port de Boulogne et de là vers le littoral et à l’étranger et de l’autre côté vers le canal de Guînes qui communique avec les canaux traversant les départements septentrionaux de la France, la Belgique et la Hollande[4].

 

Coupe verticale du Chemin de fer proposé et du brise-mer

 

 

Le but de cette étude présentée à la Chambre de commerce de Boulogne le 7 juillet 1835 est d’inciter le gouvernement à faire une étude définitive de cette ligne.  Celle-ci permettrait d’établir des communications entre les côtes et les ports français et ceux de l’Angleterre[5].

 

2.  La ligne de chemin de fer de Boulogne à Saint-Omer

 

 Napoléon III ayant décidé la création d’un chemin de fer de Boulogne à Calais, la Chambre de commerce de Boulogne qui souhaiterait que cette ligne soit prolongée jusque Dunkerque, demande également la création, le 28 mai 1857, d’une ligne de chemin de fer vers Saint-Omer laquelle passerait par Guînes [6]. La Chambre de commerce de Calais estime que la Chambre de commerce de Boulogne oppose le chemin de Boulogne à Saint-Omer à celui de Boulogne à Calais et réfute le fait que des villes telles que Guînes ou Marquise ne puissent pas être rattachées à la ligne de Boulogne à Calais[7]. Elle estime que si le trajet de Boulogne à Saint-Omer augmentera les relations entre d’une part Lille et Saint-Omer et d’autre par Boulogne, il sacrifie les communications de Calais et Saint-Pierre avec Boulogne[8].

 

Si la concession du chemin de fer de Boulogne à Calais à la Compagnie du Nord semble avoir ajournée l’exécution de la ligne de Boulogne à Saint-Omer, l’apparition de capitalistes anglais qui en demandent la concession, persuadée de l’importance et de la productivité de cette ligne, fait resurgir le projet au printemps 1864[9]. À l’automne 1866, la déclaration d’utilité publique était obtenue et la ligne en état d’être concédée. Les négociations furent interrompues par la crise du Luxembourg, prélude à la guerre franco-prussienne, les investisseurs anglais se retirant du projet[10].

 

Après le retrait des capitalistes anglais, le refus du Ministre et de la Compagnie du Nord d’exécuter cette ligne, de nouvelles négociations eurent lieu avec la Société Générale d’Exploitation de Belgique et la Société des Bassins du Hainaut. Il fut décidé en 1869, après maints rebondissements, que le gouvernement renoncerait à la convention avec la Compagnie du Nord et admettrait la constitution d’un nouveau réseau comprenant touts les lignes qui intéresseraient le Nord et le Pas-de-Calais et consentirait à confier ce réseau à une compagnie unique qui exécuterait les chemins sans subventions de l’État[11]. Le projet de ligne devint le projet de Boulogne à Armentières. Les chemins de Calais à Dunkerque et Boulogne à Armentières furent compris dans le réseau destiné à la nouvelle compagnie, la Compagnie Nord-Est. Le projet de loi fut adopté, l’exécution du chemin de fer de Boulogne à Armentières pu avoir lieu[12].

 

3. Le Chemin de fer sous-marin entre la France et l’Angleterre

 

Un projet de percement d’un chemin de fer sous-marin entre la France et l’Angleterre est envisagé. Pour se faire, une campagne d’exploration est entreprise durant l’été 1875 par MM. A. Potier et A. de Lapparet[13]. Cette exploration consiste à faire des sondages et recueillir des échantillons du fond de la mer, dont la position est notée, de manière à permettre à la Commission géologique de déterminer le tracé des lignes d’affleurement entre la côte française et la côte anglaise[14]. La zone sondée s’étend de Calais vers Folkesone[15]. Ainsi un peu plus de 1500 sondages ont été réalisés et 750 échantillons recueillis[16]. Des cartes et des échantillons sont présentés lors de la réunion de la Commission géologique du 9 octobre 1875 qui estime les résultats très satisfaisants et décide de nouveaux sondages qui permettront le fonçage d’un puits à grande section et le percement d’une galerie d’essai qui pourront jeter de nouvelles lumières sur la constitution géologique du détroit[17].

 

 

Bibliographie indicative :

 

- Chemin de fer de Paris à Londres : délibération du Conseil municipal de la ville de Boulogne-sur-Mer sur la préférence que la ligne de Boulogne-sur-Mer à Amiens, où elle s’embrancherait sur la ligne principale de Paris à Lille, doit obtenir sur tout autre direction : extrait du registre aux délibérations du Conseil municipal de la ville de Boulogne-sur-Mer, département du Pas-de-Calais : séance du 20 novembre 1841. 1841, 7 p.

- Documents officiels concernant le chemin de fer de Saint-Omer à Boulogne-sur-Mer : Précédés d’une note sur ce chemin et sur les projets qui lui sont opposés. Notice sur la création projetée par l’empereur d’un port de refuge en rade de Boulogne. C. Aigre, 1855, 40 p.-[1] f. dépl.

- GUISELIN Léon de. Note sur un chemin de fer de Boulogne à Calais, Dunkerque et Saint-Omer. [1857], [4] p.

- Histoire du chemin de fer de Boulogne à Saint-Omer. [1869 ?], 8 p.

- Intérêts généraux : transit : chemins de fer du Nord de la France. 1842, 44 p.-51] f. dépl.

- LAROUSSE E. Chemin de fer sous-marin entre la France et l’Angleterre : exploration du détroit pendant les mois d’août et septembre 1875. Imp. centrale des chemins de fer, [1875 ?], 15 p.-[1] f. dépl.

- LAVALLEY Alexandre, DELESSE Achille, POTIER Alfred. Chemin de fer sous-marin entre la France et l’Angleterre. Imp. centrale des chemins de fer, [1875 ?], 8 p.

- Projet d’un chemin de fer de Boulogne à Amiens : rapport de MM. J. Gibbs et Emile Wissocq, ingénieurs. 1835, 19 p.-[2] f. dépl.

- Projet d’un chemin de fer de Boulogne à Guînes : rapports de MM. J. Gibbs et Émile Wissocq, ingénieurs. 1835, 16 p.

- Projet d’un chemin de fer de Boulogne-sur-Mer à Saint-Omer, unissant ce port au bassin houiller du Pas-de-Calais, et le littoral de la Manche à tout le Nord de la France et de l’Europe : étude économique. Typographie et lithographie de Ch. Aigre, 1860, XIX-49 p.

 

 


[1] Projet d’un chemin de fer de Boulogne à Amiens, 1835, p. 1.

[2] Idem, p. 5.

[3] Projet d’un chemin de fer de Boulogne à Guînes, 1835, p. 3.

[4] Idem, p. 11.

[5] Projet d’un chemin de fer de Boulogne à Amiens, 1835,  p. 9.

[6] Note sur un chemin de fer de Boulogne à Calais, Dunkerque et saint-Omer, [1857], p. [1].

[7] Idem, p. [8].

[8] Idem, p. [11].

[9] Histoire du chemin de fer de Boulogne à Saint-Omer, [1869 ?], p. 1.

[10] Idem, p. 1-2.

[11] Idem, p. 6.

[12] Idem, p. 7.

[13] Chemin de fer sous-marin entre la France et l’Angleterre, [1875 ?], p. 1.

[14] Chemin de fer sous marin entre la France et l’Angleterre : exploration du détroit pendant les mois d’août et septembre 1875, 1875, p. 1

[15] Idem, p. 11.

[16] Idem, p. 12.

[17] Chemin de fer sous-marin entre la France et l’Angleterre, [1875 ?], p. 3.

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches

Aucun billet trouvé