Le Bulletin de la Société industrielle du Nord de la France
Le 21/04/2016 à 17h17 par Corinne Helin
Résumé

Le Bulletin de la Société industrielle du Nord de la France a été créé en 1873 par cette même société. Ce billet rappelle l'historique, les objectifs et les principales activités de la Société industrielle depuis sa création.

Création de la Société industrielle

 

La Société industrielle du Nord de la France a été fondée à Lille le 29 janvier 1873 à l'initiative de Frédéric Kuhlmann (représentation de droite, MENET 1974, p. [4]) et de la Chambre de commerce de Lille dans le but de soutenir le développement industriel du Nord de la France et d'accroître sa prospérité industrielle et commerciale. Selon le Chanoine Joseph Menet : "C'est au lendemain de la guerre de 1870 et sur l'initiative de la Chambre de Commerce de Lille, qu'un groupe important d'industriels et d'ingénieurs de la région se proposèrent de créer dans le Nord, une société industrielle, à l'exemple de celle de Mulhouse fondée au début du XVIIIe siècle et de celle de Rouen en 1872"[1].

 

La chambre de commerce de Lille a confié à une commission composée de 5 personnes (MM. Edouard Agache, Théodore Barrois, Anatole Descamps, Paul Le Gavrian et Alfred Delesalle) le soin d'élaborer les statuts et le règlement de la société et de rechercher des adhésions[2]. Frédéric Kuhlmann est le premier président de cette société, laquelle est déclarée d'utilité publique par décret du 12 août 1874, ce qui lui permet de recevoir des dons et des subventions et de posséder des immeubles. Les dons et subventions ainsi récoltés permettent l'organisation de concours (subvention de la Chambre de commerce, don de F. Kuhlmann de 50 000 francs,…).

 

Le premier bureau de la Société industrielle, installé le 29 janvier 1873, est composé d'un président : F. Kulhmann, de quatre vice-présidents : F. Mathias (ingénieur, directeur de traction au chemin de fer du Nord), Ch. Crespel (industriel, ancien maire de Lille), A. Longhaye (négociant à Lille), C. Delattre (filateur à Roubaix), d'un secrétaire général : B. Corenwinder, d'un secrétaire ordinaire : E. Sée (ingénieur civil), d'un trésorier : F. Verley, d'un bibliothécaire : E. Bigo (imprimeur)[3]. Dès la première année, la société compte 332 adhérents. Bien qu'elle doive être une société régionale ouverte à plusieurs autres départements notamment Pas-de-calais, Somme, Aisne, Ardennes[4], les premiers adhérents sont principalement originaires de Lille, Roubaix ou Tourcoing. En 1893, elle compte 483 adhérents, 509 en 1903, 457 en 1913. La majorité des adhérents occupe des fonctions importantes dans l'industrie, le négoce ou la finance[5]. À ses débuts, la société patronne l'Institut industriel du Nord de la France, les cours municipaux de filature et tissage et l'Association des propriétaires d'appareils à vapeur. La société a pour principaux objectifs de faire "progresser l'industrie et le commerce. Elle se propose de créer un lien puissant et utile entre les industriels et les commerçants de la région : par la réunion sur un point central d'un grand nombre d'éléments d'instruction, par la communication des découvertes et des faits remarquables, par tous les moyens que pourra suggérer le zèle des membres de l'association"[6], de "propager, et consolider dans la classe ouvrière l'amour du travail, de l'économie et de l'instruction"[7]. Elle souhaite hisser la région du Nord au premier rang national dans le domaine de l'industrie, l'agriculture et le commerce.

 

Principaux objectifs de la Société industrielle du Nord de la France

 

La Société industrielle a pour but la diffusion et la circulation des connaissances et du savoir. Pour cela, elle se dote d'une bibliothèque spécialisée traitant des arts appliqués, des sciences, du commerce et de l'industrie[8]. Elle créée également en 1873 des comités de travail, au nombre de 7. Il s'agit des comités du Génie-civil, des arts mécaniques et construction, de la Filature, du Tissage,  des Mines de la métallurgie et des appareils de combustion, des Arts chimiques et agronomiques, du Commerce et de la banque, d'Utilité publique et économique politique[9]. Ils ont pour but de traiter les questions précises dans leur domaine ainsi que d'examiner les mémoires reçus par la société à l'occasion des concours qu'elle organise. La Société industrielle regroupe ainsi tous les secteurs de l'industrie du Nord. Elle organise également chaque mois, hormis août et septembre, des assemblées générales réunissant l'ensemble des adhérents. Lors de ces assemblées est présenté un bilan des activité de l'association ainsi que les travaux des membres de la société. Ces séances font l'objet d'un compte-rendu dans le Bulletin de la Société industrielle du nord de la France créé en 1873 qui publie également les travaux des membres de la société. Tout ceci fait de la Société industrielle du Nord de la France un véritable foyer de diffusion de l'information scientifique et technique.

 

La société industrielle a également pour but de stimuler la recherche, favoriser les innovations et les découvertes. C'est dans ce but qu'elle prévoit d'organiser chaque année un concours lors duquel, elle remettra des "prix au concours pour les études commerciales et industrielles et décernera des médailles, pour l'invention, le perfectionnement ou l'exécution des machines ou des procédés avantageux aux arts, aux manufactures et à l'économie domestique". Pour cela, chaque candidat doit remettre un mémoire portant sur un des sujets proposés au concours. Les sujets portent principalement sur des préoccupations des sociétaires. La société propose également de s'impliquer directement dans la recherche scientifique pour les inventions méritantes. C'est ainsi qu'elle entend œuvrer pour l'ensemble des industriels de la région, afin de faire prospérer l'économie du Nord. La remise des prix a lieu, chaque année, lors d'une séance solennelle au cours de laquelle le président rend compte des travaux effectués par la société au cours de l'année écoulée, distribue les médailles et les prix puis laisse la parole à un invité d'honneur qui vient présenter ses travaux de recherche ou s'exprimer sur un sujet d'actualité.

 

Localisation des locaux de la Société industrielle du Nord de la France

 

À sa création, la société occupe les locaux de la Chambre de commerce. Le 3 juillet 1873, elle s'installe rue Saint-Jacques, dans une partie des locaux de l'Hôtel du Maisniel. La municipalité devant reprendre l'Hôtel du Maisniel, la Société fait l'acquisition en 1891 d'un immeuble, rue de l'Hôpital militaire. Sous la présidence d'Édouard Agache, plusieurs sociétés régionales établissent leur siège dans l'immeuble de la société notamment l'Association des Industriels du Nord, la Société de géographie, la Société des sciences. En 1904, la Société achète les immeubles n° 110 et 112 de la rue de l'Hôpital Militaire et les intègre au premier immeuble. Ce qui lui permet d'accueillir d'autres sociétés régionales notamment la Société Chimique du Nord de la France, la Chambre de commerce belge.

 

 

 

Société industrielle du Nord de la France

 

 

Historique de la Société industrielle du Nord de la France

 

À l'exposition de 1878, la Société obtient une médaille d'or et en 1880, elle approuve le vœu que la quatrième École des arts et métiers soit installée à Lille. Les progrès de la Société s'accentuent rapidement : en janvier 1882, le nombre des adhérents s'élève à 413. Cette même année, la Société prend une part importante à l'organisation de l'Exposition des Arts Industriels à Lille. En 1884, elle obtient une médaille d'or à l'exposition de Rouen et deux à celle de 1889. En 1898, la Société met à la disposition de ses membres un office de renseignements techniques et industriels qui rend de grands services à l'industrie régionale.

 

La Société cesse son activité lors de la Première Guerre mondiale. Les locaux sont occupés par les Allemands. Dès la fin des hostilités, elle se reforme très rapidement. En effet, dès 1919, les comités fonctionnent régulièrement, le bulletin reparaît et la Société apporte une aide précieuse à la reconstruction[10]. Elle joue notamment un rôle important sur la question des réparations des dommages de guerre.

 

A partir de 1920, elle reprend la distribution des prix et médailles aux lauréats des concours qu'elle a institués depuis sa fondation.

 

Dès l'invasion de 1940, l'immeuble de la Société est occupé par l'armée allemande. Les réunions sont maintenues ainsi que les conférences. Les séances solennelles sont toutefois interrompues de 1940 à 1943. Dans les années qui suivent la libération du pays, la Société reprend son activité.

 

À l'heure actuelle, la Société organise et soutient des évènements en collaboration avec des partenaires notamment les trophées de l'industrie et le concours Dessins et Créations. Elle accompagne tous les acteurs qui se mobilisent dans des actions qui visent à améliorer l'image des métiers, valoriser les formations et développer des actions de communications.

 

Le fonds documentaire de la  Société industrielle a été déposé à l'Institut de Recherches Historiques du Septentrion. Il comprend environ 2400 titres et périodiques des XIXe et XXe siècle portant sur les techniques et sur le développement industriel, en particulier dans les domaines miniers, chimiques et textiles. Le fonds des archives a quant à lui été donné aux Archives nationale du monde du travail (Roubaix).

 

 

Bulletin de la Société industrielle du Nord de la France

 

Le Bulletin de la Société industrielle du Nord de la France est publié à partir de 1873. Ce bulletin est à l'origine trimestriel, puis devient mensuel à partir de 1910.

 

Le premier numéro publie le règlement de la Société industrielle du Nord de la France avec les mentions notament de la composition de la Société, admission, droits et obligations des membres, des assemblées générale, de la constitution des comités, du conseil d'administration, du secrétariat-adjoint, des prix prix-récompenses et des bulletins.

 

Il est ainsi indiqué qu'il sera publié tous les trois mois un bulletin renfermant les procès-verbaux des Assemblées générales, ainsi que les travaux que le Conseil d'administration jugera de nature à intéresser le public[11]. Dans le premier numéro de 1873, nous trouvons notamment les travaux d'Edmond Sée sur le Havage mécanique dans les mines de charbon, de M. Cornu sur Mémoire sur le travail absorbé par la filature du lin ou encore celui d'H. Woussen sur Note sur quelques moyens d'apprécier le travail des presses et de rapes.

 

Le règlement de la Société industrielle du Nord de la France indique également, au sujet des bulletins, qu'ils seront adressés à tous les membres. Les personnes étrangères qui désireront le recevoir paieront une cotisation annuelle de 12 francs. Le bulletin peut être envoyé par voie d'échange aux directeurs de journaux et revues ainsi qu'aux sociétés qui en font la demande. Tout auteur d'un travail inséré au bulletin recevra, sur sa demande, cinq exemplaires du numéro dans lequel ce travail a été publié. Tout lauréat de la Société dont le travail sera admis au bulletin, jouira du même privilège[12].

 

À partir de 1924, le Bulletin de la Société industrielle du Nord de la France fusionne avec Le Monde textile pour devenir Le Monde industriel qui va être publié de façon mensuelle jusqu'en 1981 et reprend la numérotation du Bulletin de la société industrielle du Nord de la France.

 

La bibliothèque numérique NordNum donne accès à 63 numéros du Bulletin datés de 1873 à 1890. Le Bulletin est également consultable sous forme imprimée dans les bibliothèques signalées au catalogue Sudoc.Les bibliothèques de l’Université de Lille Sciences Humaines et Sociales possèdent ce Bulletin de 1873 à 1923.

 

Bibliographie :

BAILLEUL 1987 : BAILLEUL Franck. La société industrielle du Nord de la France entre 1918 et 1939 : étude d'une association patronale à travers son bulletin : "Le Monde patronal". Mémoire de maîtrise : Histoire contemporaine : Lille 3 : 1987, 124 p.

MENET 1974 : MENET Joseph (chanoine). Historique de la Société Industrielle du Nord de la France. In Société industrielle du Nord de la France, 1874-1974 : centenaire, 1974, p. [17]-[29].

VARS 1990 : VARS Isabelle. La société industrielle du Nord de la France : 1873-1914. Mémoire de maîtrise : Histoire contemporaine : Lille 3 : 1990, 147-XX p.

 

Liens utiles :

Société industrielle du Nord de France : http://www.sinf.fr (consulté le 27/04/2016)

Bibliothèque nationale de France :http://data.bnf.fr/12361098/societe_industrielle_du_nord_de_la_france/ (consulté le 27/04/2016)

 

Notes :

[1] MENET 1974, p. [17].

[2] BSINF 1873, p. 2.

[3] MENET 1974, p. [17].

[4] BSINF 1873, p. 3.

[5] VARS 1990, p. 43.

[6] BSINF 1873, p. 155.

[7] BSINF 1873, p. 155.

[8] BSINF 1873, p. 156.

[9] BSINF 1873, p. 14.

[10] MENET 1974, p. [24].

[11] BSINF 1873, p. 165.

[12] BSINF 1873, p. 165.

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 13/03/2017 par Corinne Helin